Besoin (urgent) de douceur


DOUCEUR (nom féminin) : Qualité de ce qui est doux, agréable, sans heurts.

En ce moment, j'ai un besoin (urgent) de douceur.
Ballottée par les événements de la vie, emportée dans le tourbillon du quotidien, polluée par des situations...
Face à cela, je réalise qu'il me faut impérativement des parenthèses de douceur.
Et vous aussi, je le sais,vous en avez de temps en temps bien besoin. 
Mais comment fait-on pour en avoir et faire en sorte que le quotidien soit plus "doux, agréable, sans heurts" ?

__________________


Cela nous arrive à tous, d'avoir quelque fois envie de tranquillité, de calme, de paix. De pouvoir couper court au monde qui tourne sans cesse, de se créer sa bulle de cocooning au travers de moments privilégiés avec soi-même.
Je suis particulièrement fan de ces instants qui permettent de se retrouver et de décélérer le rythme le temps d'une parenthèse de douceur.

Sauf que dernièrement, des parenthèses, j'en ai besoin ... tout le temps. H24.
Je n'en ai jamais autant ressenti la nécessité. Et dans le cas présent, sans cela, je me sens clairement mal. Parfois mal d'inconfort, parfois mal de tristesse, parfois mal de colère.

Alors je me crée de la douceur partout, à outrance, et cela me procure beaucoup de bien.
Mon pouls ralentit, je retrouve mon calme, je reprends mon souffle, mes nerfs se détendent, je prends du recul et cela m'apaise. Qu'importe que cela soit le temps de quelques heures ou de quelques minutes.

Alors à mon tour de vous initier à la douceur.




  • Ecouter son corps
On a tendance à négliger son corps au profit de tout un tas de choses qui nous accaparent l'esprit. Mais le corps est plutôt doué pour tirer la sonnette d'alarme quand il va mal et que vous ne l'écoutez pas. Cet été, mon corps m'a poussé à l'extrême avec des crises de colites ne pouvant être soulagées qu'à l'hôpital. J'avais parfois, avant cet épisode, des lointaines douleurs au diaphragme mais je les ignorais par habitude, jusqu'à ce qu'un jour, je me pose et m'autorise à laisser s'exprimer mon corps via de la détente. Résultat des courses : le bougre a vu une porte entrouverte et s'y est engouffré pour bien crier sa souffrance !
N'attendez pas d'être moralement et physiquement au bout du rouleau pour comprendre que vous avez besoin de ralentir et de prendre soin de vous.

  • Reconnaître sa fragilité
Nous ne pouvons pas être en permanence des super-héros. Et je sais, c'est parfois dur de se l'admettre. Encore plus dans un quotidien qui n'est pas toujours facile mais pas non plus insurmontable. Alors on préfère le déni et l'ego prend le dessus pour continuer à jouer les gros bras... Et puis alors, des fois on s'écroule soudainement pour des broutilles ! N'oublions pas de nous écouter également sur ce point-là.

  • Se sortir de la pollution ambiante
Lorsque j'ai besoin de calme, c'est parce que mon environnement est  "pollué" : mauvaises situations, mauvaises personnes, mauvaise ambiance, mauvaises ondes positives... On n'y fait pas forcément attention parce que certains faits font partie intégrante de notre quotidien et parce qu'on n'y est pas non plus directement touché mais le moral en pâtit inconsciemment. Efforcez-vous alors de vous fermer à cela, de vous protéger comme vous pouvez, d'avoir un maximum de recul pour ne pas prendre à cœur ces mauvaises ondes et à terme, en être atteint le moins possible. Cela me renvoie à la question de l'empathie que j'évoquerai un jour prochain.

  • Identifier ce qui nous fait du bien
La partie la plus chouette et la plus facile ;)
C'est de se trouver des situations qui nous procurent cette sensation de douceur, tant sur les plans physique, émotionnel, personnel, spirituel ... tous les aspects sont possibles !
Quelques exemples de mes "moments douceur" que j'applique un peu-trop-beaucoup au quotidien pour la plupart :
- Ecouter en soirée et au coucher de la korean indie, une musique pop douce souvent acoustique
- Porter des vêtements comfy en journée (cf. photo en haut) ou un pyjama pilou-pilou à la maison 
- Repeindre des pièces de ma maison avec des couleurs douces et des lignes originales
- Faire ma routine soins-démaquillage du soir non pas machinalement et vite, mais lentement
- M'emmitoufler dans un plaid
- Respirer fort, en me chargeant d'oxygène puis en vidant tout l'air
- Boire une boisson chaude
- Prier
- Trouver de la déco épurée qui "réconforte" lorsqu'on la regarde
- Lire et prendre le temps de parcourir une page en s'imprégnant de chaque mot
- Rester près de son cher et tendre
- Voyager avec des documentaires voyage sur YouTube
- S'étirer jambes légèrement pliées, la tête en bas, position maintenue, plusieurs fois dans la journée

Alors c'est vrai que j'ai l'air perché lorsque j'entreprends toutes mes parenthèses, à me presser pour avoir à tout prix sous la main mes accessoires ("mais b*rdel, elle est passée où ma playlist/Kindle/plaid/pyjama ?!!!") et puis à ressembler à une personne qui plane totalement une fois le moment douceur entamé ;)

  • Appliquer les moments douceur le plus possible
Et là, ça se corse. Pas le temps, pas l'envie, pas le besoin... En êtes-vous sûr ?
Dans votre agenda chargé, octroyez-vous au moins un de vos moments douceur et délectez-vous, profitez-en au maximum. Se nourrir de positif et de paix est un entraînement de tous les jours, prendre soin de soi aussi alors accordez-vous ces parenthèses, quitte à joindre l'utile à l'agréable (j'écoute parfois ma korean indie en conduisant, ça calme la grande caractérielle en voiture que je suis). Il en va de votre santé, cette dernière est ô combien précieuse !

Korean indie très douce que j'écoute au coucher, retransmis sur la TV : on s'endort bercés par le son et l'image ...
Lien ici : https://youtu.be/2yISUc22JPM 


  • Etre reconnaissante de ces moments douceur au milieu de la tempête
J'apprécie d'autant plus ces parenthèses lorsque je prends la mesure de ces moments et leur effet bénéfique sur moi. Alors je ressens de la gratitude d'avoir eu l'oppportunité et la capacité de les appliquer, et je me sens reconnaissante de ces petits moments où au milieu des péripéties du quotidien, j'entrevois un rayon de soleil qui me réchauffe le cœur et me revigore pour repartir de plus belle !

  • Ces moments cocooning, un réflexe
Ces parenthèses sont des bulles d'oxygène ponctuelles; si vous êtes une working girl, pas besoin d'y ajouter de la culpabilité quant au fait de prendre du temps pour soi. C'est court, c'est instantané, selon notre humeur du moment et notre réceptivité, ça nous fait (un peu/moyen/pas mal/beaucoup) du bien alors ne nous en privons pas. Si s'écouter et se relaxer pouvait être aussi inné que de checker non-stop ses notifications de réseaux sociaux ... Mais c'est à nous de changer la donne ;) !


Et vous, quels sont vos moments douceur ?

Avec la rentrée, avez-vous tout particulièrement besoin de ces parenthèses ?


Dites-moi tout en commentaires :)

A très vite,

Marie-Cécile

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram